• MON ESPACE FAMILLE
    Mes démarches concernent :
    - la restauration scolaire
    - les activités périscolaires
    - les centres sociaux
    - la bibliothèque
    - la crèche
  • MON SAINT-QUENTIN
    Pour effectuer et suivre l'état de mes démarches en lignes concernant :
    - l'occupation du domaine public
    - Allo mairie
    Pour sélectionner mes favoris
    et personnaliser votre page en toute simplicité
  • Mon Saint-Quentin
    Se connecter sur Mon Saint-Quentin

    J'ai oublié mon mot de passe

    J'ai oublié mon mot de passe

    Veuillez saisir votre adresse e-mail

    Pas encore inscrit ?
    Créer un compte maintenant

Saint-Quentin - Site internet

Les collections

Caractères morphologiques, dimorphisme sexuel ou comportements particuliers sont ainsi mis en avant pour une meilleure appréhension de ce monde fascinant.

Thysania agrippina et Attacus atlas

Ces deux plus grandes espèces au monde, (Thysania agrippina originaire de Guyane et Attacus atlas d'Asie) respectivement 27 et 25 centimètres d’envergure, sont toutes deux des espèces nocturnes aux couleurs ternes mais qui ne manquent pas d’attraits.

Le Thysania présente une ornementation discrète qui lui permet de se camoufler aisément sur les écorces durant la journée. A l’inverse, les ailes antérieures de l’Atlas ont une forme arquée bien particulière et des dessins imitant des « têtes de serpent ». Certaines zones sans écailles forment des « fenêtres » permettant notamment de refléter la lumière et perturber ainsi un éventuel agresseur. Ce dernier possède donc deux moyens de défense mais ne vit que trois jours, sa trompe atrophiée ne lui permettant pas de se nourrir du nectar des fleurs. Il vit donc sur ses réserves le temps de se reproduire.


Les Morphos

Les Morphos, papillons emblématiques des forêts tropicales d’Amérique du Sud, présentent pour la plupart de magnifiques couleurs irisées à dominante bleue, d’aspect changeant selon l’axe d’observation et l’incidence de la lumière. Ces couleurs brillantes sont dites « structurales », par opposition aux couleurs pigmentaires qui dominent chez les Lépidoptères. Les écailles de ces papillons possèdent une structure interne en lamelles qui diffracte la lumière et crée des interférences lumineuses. Bien souvent, seule une face présente ce type de couleurs, l’autre est pigmentaire et beaucoup plus terne, permettant ainsi au papillon de changer rapidement d’aspect.

Le principe physique de ces couleurs structurales est expliqué dans une série de panneaux de l’exposition permanente.


Les Ornithoptères

Grands papillons d’Australie et Nouvelle-Guinée, présentent de splendides couleurs et un dimorphisme sexuel fortement marqué : les mâles sont vivement colorés tandis que les femelles présentent des couleurs nettement plus ternes mais ont par contre une envergure bien supérieure. A tel point que les premiers entomologistes, ne les découvrant pas ensemble, les ont souvent classés dans des espèces différentes. Ceux-ci sont aujourd’hui protégés par la Convention de Washington.


Les Coléoptères

Ils ne sont pas en reste puisqu’ils représentent environ un tiers des collections du Musée. Leur échelle varie grandement, du millimètre à la vingtaine de centimètres. A l’instar des papillons, ils montrent une grande diversité d’aspect et de coloration, associant couleurs pigmentaires et structurales, mais portent aussi parfois des excroissances spectaculaires (cornes) ou présentent des parties fortement développées (mandibules, antennes, etc…).


Enfin, la plupart des grandes familles d’insectes sont présentes mais minoritaires dans l’exposition : Odonates (libellules), Orthoptères (sauterelles, criquets, grillons), Homoptères (cigales), Hyménoptères (abeilles, guêpes, frelons, fourmis) et autres Dictyoptères (mantes, blattes).

À côté des insectes voisinent quelques Arachnides (mygales, scorpions) et Mille-pattes (iule, scolopendre) de taille parfois respectable !